Randonnée

RANDO

Amoureux de grands espaces ?
Envie de randonner dans un groupe sympa ?
La Légion Viennoise vous propose des sorties mensuelles dans la convivialité et le respect de la nature.
Alors chaussez vos chaussures, prenez votre bâton de marche et rejoignez-nous !

 

 

 

Lieux et horaires de randonnées

Nos randonnées se font principalement dans les Alpes et le Pilat.
Consultez l'Agenda pour connaître le calendrier des randonnées.

  • Tous les vendredis après-midi le départ est donné à 13h30
    (appeler Marie-Madeleine ou Marie-Christine pour définir le lieu de rendez-vous).
  • Une randonnée mensuelle est prévue (le samedi ou le dimanche) toute la journée.
  • Une randonnée sur un weekend de temps en temps.
                

Pour les sorties, prévoir

  • Un pique-nique et de l'eau en quantité suffisante
  • De bonnes chaussures de marche, un chapeau et un vêtement de pluie

Pour diverses raisons, le lieu pourra être modifié ou la sortie annulée
Les mineurs seront sous la responsabilité des parents

 Renseignements et inscriptions

  • Marie-Christine et Michel au 06 61 39 96 84
  • Marie-Madeleine au 06 29 16 01 40
  • Ou, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Tarifs

  • 5 € par sortie pour les non-adhérants (adhésion obligatoire à partir de la troisième sortie)
  • Adhésion annuelle : 30 €

Certificat médical obligatoire dès la première sortie

 

« Sur le chemin des châteaux du Bas-Dauphiné »

Nous nous sommes garés sur le parking de la salle des fêtes de Panissage après une petite  heure de route depuis Vienne.
Une fois équipés et chaussés nos 18 marcheurs se dirigent accompagnés de Châtaigne et Iris, nos compagnons canins, vers  notre premier château, celui d’Epinay

Il date de 1600 environ, aujourd’hui, c’est une ferme. Le propriétaire nous a permis de pénétrer dans la cour.

Puis direction le "Grand Blandin", le château de la Moliniére et "Blandin".
Ce village est connu pour son château (malheureusement caché par la végétation) et son église Saint-Jacques-le-Majeur située sur un des chemins historiques des pèlerins de Compostelle.
Cette fois, c’est dans les pas de Jongking (peintre néerlandais aquarelliste, mort à St Egrève) que nous poursuivons notre route.
Cela nous amène au magnifique château de Pupetières, nouvelle halte.

Il date de 1222, d’abord maison fortifiée, elle fut pillée puis brulée à la Révolution, sa reconstruction a débutée vers  1860.

L’heure du casse-croûte approche, nous faisons une halte, bien méritée, dans un bois après une "bonne montée" en guise d’apéritif.
La suite du parcours nous conduit au point culminant de notre périple d’où nous pouvons admirer un magnifique panorama sur le Vercors et tout au loin, le majestueux Mont Blanc.
Nous continuons par la combe de Mounard et les Tournelles et enfin notre dernier château, celui de Virieu où nous pénétrons dans la cour afin d’admirer les jardins à la française et les imposantes bâtisses.

Ancien château de terre de 1010, plusieurs fois remanié, agrandi et transformé par ses propriétaires successifs. Louis XIII y séjourne en 1622 et laisse ses canons, on les admire encore.
En 1874, ce château est acheté par Alphonse De Virieu, descendant du premier propriétaire. Il est classé aux monuments historiques en 1965.

Pour finir en beauté, le retour sur Panissage commence par une descente très raide jusqu’à Virieu et une montée du même ordre pour arriver à Panissage.
Bref, tout le monde est bien arrivé en bonne forme. Notre marche fut fréquemment interrompue par le ramassage de noix et châtaignes (uniquement sur les chemins), activité souvent pratiquée par les marcheurs en cette saison.


Nous étions 17 pour cette première randonnée de la saison à nous élancer sur les sentiers du Pilat.
Nous sommes partis de Saint Régis du Coin et après une petite "grimpette" nous sommes allés voir la pierre des Trois Evêques.
Marie Madeleine nous a dévoilé la légende de cette pierre plate et ronde posée dans les sous-bois et gravée de trois croix.
Puis nous nous sommes dirigés vers la tourbière de Gimel qui daterait de 6000 ans avant JC et nous en avons fait le tour.
La tourbe de St Régis du Coin n'a jamais servi à se chauffer car la tourbière n'est pas assez grande.
Une fois le tour de la tourbière terminé nous avons repris notre chemin jusqu'au coin pique-nique où le soleil ne nous a pas réchauffé mais heureusement le café lui était chaud et les mains ont apprécié la chaleur du verre !
Une fois le café bu et le chocolat mangé, nous sommes repartis tranquillement jusqu'à la Scie de Gimel et retour au parking.
C'était l'heure du goûter et comme après l'effort le réconfort, nous avons partagé les gâteaux faits maison que Marie-Madeleine et Marie-Christine ont confectionné.


En passant par le col de la Chamboite (1487m) nous arrivons au sommet Pierre sur Haute (1634m) point culminant des monts du Forez et de la Loire.
Repas au pied du terrain militaire qui coiffe le sommet. Descente tranquille en passant par la Jasserie de Colleigne jusqu'au pied de la station.
Petit goûter convivial et gourmand puis visite rapide de Chalmazel Bourg. Retour sans problème après journée agréable.

CR : Michel


Randonnée Hauteville-Lompnès (01) – les Trois Belvédères

Pour cette randonnée nous avons choisi la région du Bugey dans l’Ain que Bruno connait particulièrement. Déplacement en convoi depuis le parking d’Intermarché jusqu’à notre point de départ, la Chapelle Notre Dame de Maziéres (XVIème reconstruite au XIXème) où nous stationnons dans un grand parking ombragé.
Nous commençons par une montée dans la forêt de Maziéres par une piste un peu encombrée d’arbres couchés par les tempêtes de l’automne dernier. Un petit détour au premier belvédère dominant le passage de la Pierre Taillée. Ascension de l'Haiea d'Amont suivie d’une crête jusqu'aux départs des pistes de la petite station de la Praille : second belvédère avec vue sur le Mont Blanc (à plus de 100 km), descente et balade dans la forêt du Liaz d'Amont puis par les pistes de raquettes pour arriver au Gite d'étape de la Praille où nous prenons notre pique-nique confortablement sur de grandes tables avec des bancs.
Nous poursuivons par la montée au Col de la Rochette pour continuer par un long sentier sur la crête du Gigimont qui nous amène au Col de la Clye. De là nous poursuivons par l’ascension « courte mais raide » du Planachat (1234m), le dernier belvédère d’où nous pouvons admirer une vue panoramique sur le Bugey, le Mont Blanc et bien d’autres cimes …
Le retour s’effectue par une longue descente par le Golet Marmier (1134m) pour arriver jusqu’à la route départementale D9 que nous empruntons sur 350m pour rejoindre notre point de départ.
Cette agréable journée s’est terminée par la dégustation de Cerdon (méthode ancestrale) qui a été très apprécié par les participants qui ne connaissaient pas tous ce breuvage. Des brioches et petits biscuits accompagnaient merveilleusement ce vin pétillant.

CR : Bruno et Georges


Nous étions 15 pour cette journée printanière, qui aurait pu s’intituler : « réveil de nos sens », tellement tout était présent sur place avec cette nature pour nous ravir. Au départ une petite présence d’humidité pour la montée et toutes ses bonnes odeurs d’humus. La remontée du Nan nous a dévoilé un paysage mystérieux, avec de magnifiques couleurs, entre ombre et clarté, un vert presque fluorescent des feuilles, une eau tumultueuse et claire… A 642 mètres, sur l’une des plus belles routes touristiques de France, nous avons ressenti une brise d’air chaud, tropical, comme évoquée 127 millions d’années auparavant, avec ce lagon qui faisait place. 1er repas avec pour panorama les falaises du petit canyon des gorges de la Serve, puis le 2ème lorsque l’on a pu gravir la totalité du dénivelé positif cumulé, soit 925 mètres. Redescente par la forêt, nous laissant apercevoir de temps à autres quelques points de vue sur l’Isère, St-Marcellin, puis plus loin et par beau temps, Romans-sur-Isère. Pause de 30 minutes au monastère tibétain. Retour, toujours dans la descente par le pont de Montchardon. Pot de l’amitié sur la place de l’église. Regardez-bien les photos de cette belle journée, qui impose le respect et l’humilité, face à ces endroits reculés du Vercors Nord.

CR : Sébastien


17 participants pour cette sortie. Nous sommes passés tout d’abord en voiture près du château d’Arzay (gîte), où se trouve une petite réplique de l’abbaye de Bonnevaux qui fut démolie en 1789.
De ce fait, dès le point de départ du circuit, nous remontâmes l’histoire, s’imprégnant de cet esprit cistercien (comme dirait Elisabeth) …
Un temps gris, mais les nuages semblent retenir leurs gouttes, rien que pour nous… Bon train, nous surprenons à l’étang du Petit Massot deux belles oies sauvages, avec, derrière elles, tranquille, un foulque macroule.
Le paysage a eu le temps de changer, car les marres ont diminué, ce qui fait que « pêcher » une grenouille agile a été difficile dans ces eaux saumâtres.
Je ne vous dis pas pour le fameux triton crêté, introuvable du reste. En chemin, énormément de feuilles de muguet, qui vont s’empresser de sortir leurs petites clochettes et quelques anémones, mais point de libellules.
Alors qu’Elisabeth annonçait qu’elle ne pouvait plus supporter tous ces arbres, nous arrivions aux voitures, ouf!, puis nous sommes allés à l’étang des Grands Bois pour y boire le pot de l’amitié et parler des prochaines sorties.

CR : Sébastien