Randonnée

RANDO

Amoureux de grands espaces ?
Envie de randonner dans un groupe sympa ?
La Légion Viennoise vous propose des sorties mensuelles dans la convivialité et le respect de la nature.
Alors chaussez vos chaussures, prenez votre bâton de marche et rejoignez-nous !

 

 

 

Lieux et horaires de randonnées

Nos randonnées se font principalement dans les Alpes et le Pilat.
Consultez l'Agenda pour connaître le calendrier des randonnées.

  • Tous les vendredis après-midi le départ est donné à 13h30
    au parking du gymnase de St Romain en Gal.
  • Une randonnée mensuelle est prévue (le samedi ou le dimanche) toute la journée.
  • Une randonnée sur un weekend de temps en temps.
                

Pour les sorties, prévoir

  • Un pique-nique et de l'eau en quantité suffisante
  • De bonnes chaussures de marche, un chapeau et un vêtement de pluie

Pour diverses raisons, le lieu pourra être modifié ou la sortie annulée
Les mineurs seront sous la responsabilité des parents

 Renseignements et inscriptions

  • Marie-Christine et Michel au 06 61 39 96 84
  • Marie-Madeleine au 06 29 16 01 40
  • Ou, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Tarifs

  • 5 € par sortie pour les non-adhérants (adhésion obligatoire à partir de la troisième sortie)
  • Adhésion annuelle : 30 €

Certificat médical obligatoire dès la première sortie

 


Pour cette randonnée organisée par la section Rando de la Légion Viennoise nous sommes 28 marcheurs et marcheuses rassemblées place de la Mairie de Ville-sous-Anjou (38) pour parcourir le circuit balisé "Les vestiges du passé".
Bonne nouvelle, il ne pleut pas. Cette randonnée était initialement prévue le 21 janvier 2018 mais, en raison des mauvaises conditions météorologiques qui sévissent en ce début d’année, nous avions été obligés de l’annuler.
Bien chaussés et gantés (il ne fait pas chaud) nous commençons notre marche sur la route qui longe le parc de la grande propriété du château de Terrebasse où se dresse une tour originale avec son escalier à vis extérieur. Nous continuons par un chemin un peu boueux qui serpente dans des champs où on cultive, sous serres, des fraises et framboises (quand c’est la saison). Actuellement elles sont en cours de réparation. Cela nous amènent à la Chapelle de Terrebasse, de style gothique flamboyant, construite fin du XVème siècle par les seigneurs de Roussillon-Anjou. Au début du XXème siècle, des caveaux ont été construits à l'intérieur de la chapelle. Elle est classée monument historique. Nous nous arrêtons quelques instants pour une petite visite de ces lieux de souvenirs.
La suite de la randonnée se déroule sur de petites routes, peu fréquentées, pour arriver dans les faubourgs de Salaise-sur-Sanne aux environs de midi. La faim commence à se faire sentir pour certains, il est temps de trouver une aire pour nous restaurer. Près du lieudit les ‘’Bérouds’’, un ancien verger où pousse une herbe rase et sèche nous accueille pour la pause de midi. Le repas est tiré du sac pour chacun. Des personnes bien intentionnées nous ont gâtées avec du café, du chocolat, des petits gâteaux et le pousse-café (pour quelques-uns). C’est toujours un moment très convivial et apprécié.
La reprise n’est pas trop difficile et la bonne humeur est toujours présente. Nous marchons dans la direction du village d’Agnin où l’on fait une petite pause près du lavoir (il aurait pu servir en cas de pluie, il est couvert). Nous en profitons pour prendre une photo du groupe. Nous continuons notre chemin en passant par le Vieux Village près d’Anjou. Là nous empruntons un joli sentier, avec une bonne descente, pour arriver au gué du ruisseau de la Vesciat sous Ville-sous-Anjou (Terre Basse). Comme nous sommes près de l’arrivée, nous proposons un aller-retour (pour ceux qui veulent) jusqu’à la Madone avant de regagner notre point de départ.
La journée se termine par un arrosage par Liliane et Robert pour la naissance de petits-enfants, avec un grand choix de succulentes pâtisseries préparées par des randonneuses ou randonneurs.

CR. Georges

 


Balade autour de CHASSELAY (69)
Cette première randonnée de 2018 a baigné dans la réussite. Réussite au plan de la météorologie qui sans être merveilleuse nous a cependant épargnés la pluie, le vent, le froid. Réussite au plan de la circulation car en ce dernier dimanche de vacances scolaires, nous redoutions les bouchons du tunnel de Fourvière tant à l’aller qu’au retour ; heureusement, il n’en fut rien. Réussite également quant au taux de participation : nous sommes 28. Réussite enfin pour ce modeste parcours de 13 kilomètres, sans dénivelé, au travers de la campagne lyonnaise. Un petit crochet nous a amenés au Tata sénégalais, nécropole nationale où reposent 194 tirailleurs sénégalais morts pour la France en juin 1940. Un moment d’émotion en pensant à ces malheureux hommes d’Afrique de l’Ouest venus mourir ici, à des milliers de kilomètres de leur village et de leur famille… La convivialité n’avait pas été oubliée grâce à la gentillesse de la sœur de Liliane qui pense à nous depuis son Calvados et à la générosité de nos amis chassères (Oui, je sais, Yvette et Roland habitent maintenant à Estressin), tant à midi qu’au goûter. Après la marche vint le moment très attendu de la révélation de la surprise promise et pour laquelle une contribution exceptionnelle de 2€ avait été demandée : la surprise était la visite du ravissant musée « Souvenirs et Traditions » de Chasselay. Hébergé dans un magnifique bâtiment du XVI° siècle, ce sympathique éco-musée nous a charmés et a apporté une note inhabituelle à la randonnée. Enfin, le partage des galettes confectionnées par Marie-Hélène ravit toutes les gourmandes et tous les gourmands qui semblaient très satisfaits de leur journée.
Cette randonnée placée sous le signe de l’amitié a été l’occasion d’accueillir parmi nous une nouvelle marcheuse, Marie-Jo. Nous espérons tous qu’elle viendra souvent arpenter les chemins à nos côtés.

CR. Alain R


La météo n'est pas très clémente, le ciel est bas et menaçant mais... 23 légionnaires sont présents sur le parking de la halle sportive à St Romain.
Et voilà, le dimanche s'annonce plein de soleil dans nos têtes et dans nos cœurs ! Départ pour Le Plantay où 4 autres légionnaires nous attendent sur le parking de l'Abbaye de Notre Dame des Dombes.
Après les embrassades traditionnelles et une distribution de "Musculine"*à chaque participant, nous partons pour une randonnée facile en Dombes. Le groupe progresse tranquillement ; les uns prennent des photos, les autres discutent, les vaches nous regardent passer, nous admirons leurs robes qui ont des couleurs peu habituelles... Après un pique-nique pas très prolongé (il ne fait vraiment pas chaud quand on s'arrête) nous poursuivons notre trajet.
Les sous-bois sont beaux, le temps n'est pas si méchant que ça avec nous, il ne pleut pas et paisiblement nous regagnons le parking de l'Abbaye d'où nous repartons après un petit goûter unanimement apprécié.
Une nouvelle randonnée sous le signe de la bonne humeur, la bonne entente, la solidarité : comme de coutume à la légion. Un petit regret cependant : la sécheresse a vraiment mis à mal les étangs, et beaucoup ont peu d'eau.
*La musculine est une spécialité fabriquée exclusivement par l'Abbaye Notre-Dame-des Dombes ; elle est destinée à répondre aux besoins d'un effort musculaire immédiat, effectué notamment lors de compétition ou dans des conditions spéciales ; croissance, dépenses physiques et intellectuelles...)

CR. Colette


21 randonneurs ce dimanche matin sur le parking d'Intermarché à Malissol pour nous rendre à Saint-Chef, en Dauphiné pour notre randonnée dominicale. Nous nous garons sur le parking derrière la Mairie.
Le temps est couvert mais agréable.
Nous commençons par déambuler dans le village pour découvrir la richesse du patrimoine de la cité médiévale. Ensuite nous empruntons une partie du parcours de santé et nous nous dirigeons vers Arcisse, la ferme du lac, le marais Crucilleux. Nous débouchons sur une allée de marronniers et de tilleuls qui nous laisse entrevoir l'entrée du château de Chapeau Cornu. La route du Lavoir, assez raide mais courte, est à notre menu avant de nous restaurer dans un pré fraîchement coupé à proximité de La Rivoire.
Deux Saint-Cheffoix, qui nous ont rejoints au départ, ont eu la gentillesse de nous offrir du vin de noix «maison».
Au point culminant du circuit, malgré la brume, on peut admirer les montagnes du Bugey avant de redescendre sur Saint Chef. Arrivés au parking, plusieurs d'entre nous ont visité l'abbatiale.
Tout au long du parcours, châtaignes et noix furent glanées au grand bonheur des randonneurs.

La journée se termine par une collation offerte par Georges à l'occasion de la naissance de son petit-fils Jules.

CR. Roger

Balade vers le Gouffre d’Enfer


C’est avec des craintes légitimes concernant les conditions météorologiques de cette journée de dimanche que nous nous retrouvons au point de rendez-vous à Saint Romain en Gal. A ma grande joie, beaucoup de randonneurs ont répondu présents et même mieux, deux nouvelles personnes nous ont rejoints aujourd’hui. Cette randonnée sera donc un test qui les fera peut-être nous adopter. Iris, la chienne mascotte d’Alain est de la fête.

Nous nous rendons juste au-dessus de Saint Etienne (42) puis gagnons le parking du Val d’Enfer situé sur la commune de Rochetaillée. Lorsque nous nous équipons de nos chaussures de marche et de nos bâtons, nous prenons soin de ne pas oublier les vêtements de pluie car le ciel reste menaçant avec de gros nuages. Quant à la température, bien qu’il ne fasse pas vraiment froid, elle nous contraint à porter une petite laine.

Les premières centaines de mètres parcourues, nous nous heurtons au mur du barrage du Val d’Enfer qui s’élève devant nous. Un escalier en pierres serpente sur le côté gauche du barrage et après quelques minutes d’une ascension laborieuse avec des dizaines de marches inégales, nous parvenons en haut du mur. Les jambes, et plus particulièrement les cuisses, ont été sollicitées sans modération pendant la montée des marches et cela a constitué un bon échauffement. C’est maintenant le moment des premières prises de photographies.

Nous profitons de l’échauffement précédent pour gravir encore un escalier de fortune taillé dans la roche qui nous mène en haut d’un gros rocher. De là, nous bénéficions d’un point de vue intéressant sur ce Val d’Enfer. La montée n’était pas facile, la descente nécessite une attention soutenue mais heureusement, tout se passe bien.

Un kilomètre et demi plus tard, nous sommes au centre du village de Rochetaillée et nous entreprenons la visite du château, enfin de ce qu’il en reste. Du haut de la tour supérieure, nous avons une vue privilégiée sur le bourg, la vallée qui descend vers Saint Etienne, puis de l’autre côté un panorama sur les alentours de Rive de Gier. Mais il ne fait pas très chaud car la bise s’est levée, ou du moins, nous la ressentons plus ici en ce lieu dégagé que tout à l’heure quand nous étions dans la partie encaissée du Val d’Enfer. Deux kilomètres et demi nous séparent de l’auberge des Genêts d’Or où nous sommes attendus. Nous partons donc en direction du hameau du Breuil ; le dénivelé positif assez prononcé au départ n’est pas un obstacle à notre bonne humeur quand nous progressons dans les sous-bois des forêts où s’élèvent majestueux les troncs droits des conifères. Les premières vraies gouttes nous atteignent quand nous arrivons à la fin du sentier forestier ; nous sommes maintenant sur la piste et l’auberge n’est plus qu’à 300 mètres. Heureusement, car le ciel se met à pleurer et sa tristesse semble s’amplifier de minute en minute.

L’auberge des Genêts d’Or se situe au hameau de Salvaris ; nous sommes bien accueillis. Nous avons à notre disposition la grande salle de l’étage où nous serons pratiquement seuls, à l’exclusion d’une table de quelques personnes. Bruno nous a rejoints en voiture pour prendre le repas avec nous. Dans cette vaste pièce, un gros fourneau diffuse une chaleur que nous apprécions.

Le repas ne nous déçoit pas avec un rapport qualité/prix qui ne donne lieu à aucune remarque. Le seul point noir soulève en moi un courroux que j’ai du mal à contenir sur le moment : le service est devenu un peu long à partir du milieu du repas. Nous allons ainsi accumuler près d’une heure et demie de retard sur l’horaire que j’avais envisagé. Mais dehors, il pleut ; alors nous sommes bien là, installés au chaud, à discuter en agréable compagnie. Iris, qui s’est couchée dès son entrée dans la salle, fait preuve d’une sagesse exemplaire et une fillette admirative vient lui prodiguer quelques gentilles caresses.

Il est quinze heures trente quand nous reprenons la randonnée ; il nous reste dix kilomètres et les premières centaines de mètres s’effectuent au travers d’un pâturage où de belles vaches nous regardent passer d’un air interrogatif. Lorsque nous arrivons sur la piste du plateau de Barbanche, la pluie commence. Heureusement, elle se fait timide et disparaîtra rapidement.

Trois kilomètres plus tard, nous abandonnons la piste forestière qui serpentait à plat sur cette hauteur pour descendre en direction de la route départementale qui relie Le Bessat à Saint Etienne. Nous traversons avec les précautions d’usage cette voie de circulation puis nous nous engageons sur un chemin nouvellement mis en forme par d’énormes engins de terrassement : nous sommes sur la voie qui conduit au chantier du barrage du Pas de Riot. Ce barrage qui se situe derrière celui du Gouffre d’Enfer que nous avons vu ce matin est actuellement vidé et d’importants travaux de consolidation de son mur sont en cours. Le passage de piétons sur cette partie du chantier est interdit en semaine mais laissé libre le week-end. Arrivés en bas, au niveau inférieur du mur du barrage, nous basculons sur l’autre versant de la vallée étroite. Nous allons ainsi marcher pendant quatre kilomètres jusqu’à parvenir au barrage du Gouffre d’Enfer. Là, nous aurons bouclé la boucle. Puis un dernier kilomètre nous ramènera jusqu’au parking où nous attendent sagement nos véhicules. Une fois déséquipés, nous profitons de l’anniversaire de Michel pour partager une agréable collation. Il est un petit peu tard dans l’après-midi compte tenu du retard pris au restaurant ; mais finalement, ce retard a été bénéfique puisqu’il nous permis d’éviter le gros des averses et ainsi nous avons pu presque passer entre les gouttes.

 

Le 21 mai, après une randonnée sur les hauteurs de Chuzelles, les légionnaires se sont rendus impasse de Boussole (histoire de ne pas perdre le Nord !)
Là, après un apéritif offert par les nouveaux Mamie et Papy"s" du groupe, souhaitant une belle vie future pour ces petits nouveaux nés, tout le monde s'est régalé avec le cassoulet de Liliane.
Un grand merci à elle, qui a travaillé pendant trois jours dans sa petite cuisine pour préparer ce plat pour toute la troupe, nombreuse ma foi ; le légionnaire est gourmand !
La météo était clémente, l'ambiance détendue...
L'après-midi s'est terminée par une partie de boules très disputée entre équipe Femmes contre équipe Hommes : Match nul pour tout le monde !??
De l'avis de tous, une première à renouveler...

CR : Colette

Photo de groupe (Alain G)